Une semaine d’improvisation

Il y a quelques semaines, j’étais aux Ateliers du bonheur à l’école pour faire découvrir l’improvisation théâtrale à l’école. Le défi était de taille puisque chaque atelier ne durait qu’une heure. Une douzaine de participants, de 10 à 60 ans, pour la plupart sans connaissance de l’improvisation

IMG_6596.JPG

 

Dimanche, dès 9h (c’est tôt pour de l’impro le dimanche matin), nous faisions avec Magali (de la boite d’impro) une fausse conférence sur la façon de faire un pitch dans le cadre du start-up week-end e-santé. Le soir, nous avons improvisé un faux pitch, tout en délicatesse, sur une invention qui aura peut-être un jour son succès. Le pitch n’était pas 100% improvisé dans le sens où il a fallu préparer des diapos, ce qui a été fait en 20 minutes. Pour le reste, aucune répétition, et en sortant, l’idée que de nombreuses entreprises et écoles de commerce devraient faire de l’improvisation appliquée…pour celles qui n’en font pas déjà.

 

 

Lundi, un tweet était envoyé à Jamel Debbouze pour avoir son avis sur l’article que nous avions écrit avec Magali Quillico & Gustave Parking. On se doute qu’il doit recevoir des centaines ou milliers de notifications chaque jour, mais cela vaut le coup de tenter…

Jeudi, il repartageait le message à ses 6,6 millions de followers. En voilà du monde informé qu’on peut faire de l’impro à l’école, pour l’éducation !

Jeudi, c’est aussi le jour où on fait l’atelier du MIAM. Cette semaine, nous bossions sur un format inédit pour un spectacle en mai, le dernier prévu cette année. J’ai hâte !

 

Vendredi, direction l’ESPE (Ecole Supérieur du Professorat et de l’Education, c’est à dire là où les profs des écoles vont à l’école) pour une journée d’atelier d’impro appliquée à l’enseignement. Passés les présentations et les premiers exercices d’échauffement, les futurs titulaires de l’éducation nationale s’amusent et se mettent en danger dans des mises en situation adaptées à chacun.e : la voix qui ne porte pas assez (ou trop), la posture en entrant en classe, la gestion de plusieurs tâches en parallèle…c’était la 3ème fois que j’animais cet atelier avec ce public, et c’est un plaisir chaque fois renouvelé. Particulièrement sur la motivation des enseignants, leur amour du métier et l’envie de progresser.

 

Bref, une belle semaine, assez fatigante, qui permet de voir que l’improvisation peut être utile partout, pour tous. Et avec quelques autres perspectives pour la suite…(teaser).

 

Et vous, que faites-vous de l’improvisation appliquée ou en spectacle ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s